Europe et entreprises

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Plus d'Europe pour moins de dettes. Appel à un "New Deal" européen

Envoyer Imprimer

L’Association Europe et Entreprises lance un appel à un « new deal » européen autour d’un mot d’ordre : plus d’Europe pour moins de dettes. Cet appel est résumé ci après.

 

Europe et entreprises déplore que les Européens persistent à détricoter côté cour la solidarité qu’ils tissent côté jardin, alors même que nous n’avons plus les moyens :

  • d’entretenir les défiances entre banques, qui grippent les flux financiers,
  • de payer les coûts exorbitants des impasses financières des uns puis des autres, alors qu’il faudrait les prévenir,
  • de persister dans les doubles emplois et triples coûts de budgets nationaux déconnectés, qui les rendent aussi pesants qu’impuissants,
  • de jouer fiscalement les uns contre les autres, « paradis contre enfers », au seul bénéfice de capitaux sans cadre ni attaches,
  • de multiplier en sous-main les obstacles à une stratégie économique européenne, sous couvert apparent d’une stratégie « Europe 2020 » qui n’a tiré aucune leçon de l’échec d’une précédente stratégie de Lisbonne 2000-2010. 

Il est urgent de tirer les leçons de nos erreurs pour regagner ensemble des marges de manœuvre, à travers un processus d’intégration dynamique et solidaire, tant bancaire et financier que budgétaire, fiscal et entrepreneurial. Il nous faut donc :

  • accélérer l’adoption du plan Barnier d’union bancaire,
  • brouiller les repères des spéculations qui s’alimentent d’elles-mêmes, à travers l’émission d’obligations communes à la zone euro,
  • développer des mises en commun budgétaires chaque fois qu’elles correspondent aujourd’hui à l’échelle pertinente, avec un eurobudget refondé à 17 pouvant justifier 5% du PIB sans alourdissement des prélèvements publics, au lieu du 1% actuel à 27,
  • aller vers un encadrement européen raisonnable de la fiscalité des capitaux, à un seuil juste mais restant attractif, qui pourrait être comparable aux taux américains,
  • retrouver ensemble les capacités d’investir qui nous manquent face à la crise avec des emprunts européens dans les secteurs stratégiques pour notre compétitivité.

 

Pareil « new deal » européen, indispensable pour rééquilibrer les comptes publics tout en relançant la croissance et les investissements, ne sera pas possible sans resserrement des liens, y compris institutionnels, des Etats participant à l’union économique et monétaire. Il apparaît donc urgent de préparer un nouveau traité donnant à l’Europe les outils pour fondre le plomb des dettes nationales, qui nous a mis dans l’impasse, dans le creuset d’une intégration dynamique et solidaire, qui nous rouvrira toutes les perspectives.

 

Philippe Laurette, Président

Magdalena Martin, Michel Meunier, Markus Schmidt, Vice-Présidents

Bruno Vever, Secrétaire Général

 

Fichiers joints:
FichierDescriptionTaille de fichier
Télécharger ce fichier (plus d_europe_pour_moins_de_dettes.pdf)plus d_europe_pour_moins_de_dettes.pdf 38 Kb
Mise à jour le Mardi, 27 Novembre 2012 13:17